Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Opération Partenaires 2017

Publié le par Bernard

PARTENARIAT 2017

La recherche de nouveaux partenaires est vitale pour la vie de notre club. En 2016, seulement 14 licenciés avaient fait l’effort de démarcher des partenaires et ont permis de collecter la somme de 4 300,00€ . Cette année, 20 licenciés ont participé à cette action partenaire et c'est plus de 10 000 Euros qui ont été récoltés.

Voici la liste exhaustive de nos partenaires 2017, mention particulière à Philippe THOMAS qui est encore cette année en tête du classement "partenaires". 

Groupe Chopard Mercedes, Groupe Chopard yahn Charlet, Rongeat Peugeot, Peugeot Nomblot, Mobilier Urbain - Alain Joubert

Demon - Axel Demon

Esprit Vélo - Bernard Philippe

Albertazzi, Matériel Vélo, Ets Bénétullière, O2 Permis - Bruno Dudu

Boulangerie La Chapelloise, Cycles Terrasson - Christian Perrachon

La vie Claire Denis Bouvier - Françoise Poncin

Bar 2000, Comptoir des Fers-Aubade - Gérard Piret

SAS Gam Immo Solutions – Grégory Moisset

Martial Gros Taxi - Hubert Ratignier

Chopin, L'Imaginhair - Louis Lagardette

Pairformens, Inov'Auto - Luc et Françoise Poncin

Calad Bois, Joël Dufour, JF Sambardier, Ets Humbert, Boulangerie Les 3 petits, Bannetons, Maçonnerie Debize, D Lhopital, Sarl Carotte - Michel Durand

E2C Electricité générale ,Sarl CPS Automatisme, ADR, AFEG - Pascal Laurent

Metaplast, Pasquier Favre, Ets Thomassot, Sermet, MF Soudage, Piscine Destock, SOMEFI, Elect'rod, MBE, API, Beras, Speed France - Philippe Thomas

Fleur de ciel, Café du commerce, Immo Sauverzac, Château des Loges, Touzet, Ets Terrier - Pierrot Perréon

PISTON, Monsieur Store, Cycles Roland - Robert Despalle

Carrefour Contact - Stephane Desmolles

3d Meca, KONI - Sylvain Bouet

RAE-Rhone Alpes Extérieur - Thierry Lagrange

FJ Peintures - Thierry Vialon

Descombes, SAS Vincent, Le Square by Nico, Terroirs Solidaires - Vincent Deshayes

Un grand merci à Bruno DUDU qui à mis en musique cette action partenaires 2017.

Pass’Portes du Soleil 2017

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Pass’Portes du Soleil : l’handicap-bike

En nous inscrivant début février à cet enduro au départ des Gets, Popy ne donnait pas cher de notre équipe de huit. Il est vrai parfois qu’elle a tendance à voir « la bouteille à moitié vide » mais pouvait-on vraiment lui en vouloir dans le cas présent ? Je vous livre ici une partie de ses commentaires.

Sur elle-même d’abord qui souffrait d’un genou sensible : « j’espère qu’il va tenir ! »

Sur Thierry (ex-RDS) : « j’espère qu’il va tenir lui aussi, il a perdu 5 kilos et il ne faudrait pas qu’il nous fasse une hypoglycémie comme au JHB de l’an dernier »

Sur Gérard qu’elle surnomme « Gégé la scoumoune. Mais bon, le Gégé des Gets n’est pas le Gégé du Jura. Espérons ! »

« Pourvu que la batterie d’Hubert ne nous fasse pas encore une ratignite aigüe »

« Tu crois que la femme de Jean-Luc va le laisser venir ? »

« Dis-moi, le Moustache de Grégory, c’est un modèle « Samedi » ? L’épreuve étant un vendredi, j’ai peur qu’il se trompe de jour… »

« Il n’y a bien que Sylvain qui ne m’inquiète pas trop. Bien qu’il m’ait déjà mise par terre. Je garderai mes distances »

Après 80 km et plus de 6.000 mètres de dénivelé négatif (lui aussi), il faut reconnaitre que les femmes ont un sixième sens. Jugez plutôt :

Le genou a tenu mais la chaîne sautait comme un chamois. L’effet montagne, peut-être ?

Thierry et Sylvain, eux, ont carrément préféré la casser. L’effet bourrin, surement !

Sylvain, encore lui, a cru que sa jante serait plus solide que la roche de Haute-Savoie. Perdu ! L’effet joueur, carrément.

Jean-Luc, lui, s’est pris une porte en faisant un soleil. De plus, pas très doué en géographie, il a cru que la Haute-Savoie était un canton suisse et n’avait pas d’euros pour payer sa chambre et son petit déjeuner. Pour finir, c’est lui qui a choppé la ratignite de batterie, heureusement bégnine. L’effet contagion, probablement.

Voir la bouteille à moitié vide avec Hubert, cela peut paraître normal. Du coup, vu que Jean-Luc le privait de sa panne favorite, il ne put s’empêcher de trouver autre chose. Mais là, il pouvait compter sur le soutien infaillible de son ami…Hutchinson qui lui a permis de découvrir la région par la route (plus sûre) ainsi que de faire connaissance avec les vélocistes locaux qui n’avaient que du Hutchinson à lui proposer. L’effet malédiction, poil au f…

Quant à V10, Popy avait mis dans le mille ! L’effet papillon.

Il n’y a bien que Gégé et votre serviteur qui n’ont posé aucun problème, même si Gérard a bien tenté de simuler une casse de roue libre, en vain. L’effet farceur.

 

« Journée sécurité à vélo » organisée par la Baroudeuse, le 13 mai 2017

Publié le par Bernard et rédigé par Pascal

Pour la première fois, la Baroudeuse, école cyclo de la B.C.P., a organisé une « journée sécurité à vélo », le samedi 13 mai sur le parking de la Cave Coopérative du Perréon.
L’idée était de sensibiliser les adultes, les enfants, à la sécurité lors de la l’utilisation de ce mode de transport qui se développe tant à la ville qu’à la campagne.

Grâce au soutien de la Caisse Locale du Crédit Agricole de Saint-Etienne des Oullières, différents ateliers ont été mis en place tôt le matin.

Ainsi, à compter de 10 heures, il était possible de faire vérifier et régler son vélo à l’atelier mécanique et de recevoir les conseils avertis en la matière de Pascal, Gilbert et Sébastien S.

Puis Sébastien R, Lionel, Benoît ou Serge, faisaient découvrir, à pied dans un premier temps, le circuit sécurité routière. On y apprenait la signification des panneaux, on s’essayait à passer sous une barre sans la faire tomber ni mettre le pied à terre, slalomer, franchir une « bascule »… Observation, respect du code de la route, dextérité voire agilité étaient de rigueur une fois que l’on retrouvait sa monture pour exécuter avec brio ce beau parcours ! Mais au préalable, il fallait apprendre, aux adultes comme aux enfants, à ajuster la hauteur de sa selle, de son guidon et surtout porter correctement son casque pour une protection optimale.

Enfin, pour les plus grands, il était possible de tenter l’atelier maniabilité qui permettait d’évoluer dans les chemins de vigne, montées ou descentes abruptes, dévers…

Tout au long de la journée, il était possible de se désaltérer à la buvette, déguster les frites de Cécile ou les bonnes crêpes faites par Agathe, Baptist et Clément.

De nombreux lots ont été distribués aux participants et la tombola a permis à M. DUMAS de Vaux en Beaujolais de repartir avec un beau kit sécurité pour sa fille qui comprenait un casque, un gilet fluo et des gants.

La Baroudeuse est satisfaite de cette première édition qui a été très appréciée par tous mais regrette que la météo n’ait pas été plus clémente, car les nombreuses averses ont freiné bon nombre de cyclistes.

Photos à venir...

« Journée sécurité à vélo » organisée par la Baroudeuse, le 13 mai 2017
« Journée sécurité à vélo » organisée par la Baroudeuse, le 13 mai 2017
« Journée sécurité à vélo » organisée par la Baroudeuse, le 13 mai 2017
« Journée sécurité à vélo » organisée par la Baroudeuse, le 13 mai 2017

Rallye des Beaujolais Villages 2017

Publié le par Bernard

Le dimanche 27 Août aura lieu la 36° édition du rallye des Beaujolais Villages. Il vous reste quelques semaines pour vous préparer. Cette année, nous vous avons concocté 4 nouveaux parcours de 30, 50, 70 et 100 Kilomètres.

Le rendez-vous est, comme chaque année, fixé à la mairie du Perréon à partir de 7H00. Des ravitaillements sont prévus sur les parcours. A l'arrivée, à la cave coopérative du château des Loges du Perréon, vous pourrez déguster notre Beaujolais.

Alors notez ce rendez-vous incontournable sur votre agenda.

A bientôt sur nos routes vallonnées.

 

 

Rallye des Beaujolais Villages 2017

Le Jura de Haut en Bas (JHB pour les initiés)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Le Jura sans dessus-dessous

Grande première jeudi 25 mai au rallye du JHB (Jura du Haut en Bas) : 6 de la BCP au départ de Lamoura-la-Plage et 6 à l’arrivée à Lons-le-Saulnier malgré les 105 km et les 2.200 mètres de dénivelé en 5h50… Je vous laisse calculer la moyenne.

Notre GPS avait cette année un vélo en état de rouler quoique sa selle le trouve apparemment un poil lourd. Le Thierry-allégé mais gonflé à bloc n’a pas eu (besoin) de coup de pompe et Saint-Hubert 51 a enfin compris le fonctionnement d’un VTTAE. Un prix Nobel se profile à l’horizon.

Le Jura qui les a fait tant souffrir par le passé n’en revenait pas. « Est-ce bien ceux que j’ai connu l’an dernier ? » se demandait-il. « Et où est passée la féminine ? ». Quant aux autres ?

Michel S dont c’était la première participation a bien tenté de nous pourrir la journée dès le dixième kilomètre avec une manette de dérailleur en mal d’entretien mais Gégéo-trouve-tout l’a vite remît dans le droit chemin avec un bon vieil élastique.

Sylvain qui faisait aussi son noviciat sur l’épreuve n’a posé aucun problème en misant sur la seule force de ses gambettes plutôt que sur la fiabilité aléatoire du Bosch de son épouse. Bien lui en a pris. Seul destrier mécanique des 6, il a fini en beauté avec tout le monde. Respect !

Quant à votre serviteur, RAS, vu qu’il ne pose jamais de problème. Ce qui, en toute modestie, relève parfois de l’exploit. Pourquoi ? Parce qu’il a fallu régulièrement dépasser deux « tanches » dans les descentes et parfois dans les montées qui ont soit des pneus trop durs et trop gonflés soit des coups de freins intempestifs. Les intéressés se reconnaîtront et apprécieront.

Certains ont maudit le genou récalcitrant de la féminine, cause de son absence, sans lequel les derniers kilomètres, ceux qui font le plus mal, auraient été plus calmes.

La BCP s’est fait remarquer, seuls participants électrifiés sur cette distance. Le tout avec un soleil radieux. 17° le matin à 8h30 en altitude.

Bravo à tous et à l’année prochaine.

PS : nous avons roulé les vingt premiers kilomètres avec Eric (de Francheleins) que nous devrions revoir un dimanche matin au Perréon.


 

 

Rallye de Plasne (jura)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Ca Plasne pour nous !

Pour la deuxième année consécutive nous étions reçus le 21 mai par le «Cyclo Club des  Monts Plasne » dans le Jura. Avaient répondu présents : Françoise P, Daniel D, Michel S, Thierry V, Hubert R, Luc P.

59 km prévus au programme avec 1.350 m. Parcours différent de l’an dernier, plus physique et plus technique (dans les descentes). Très beau et pas mal de « singles ». Très sympa.

L’an dernier GPS s’était distingué dès le départ. Ayant bricolé son vélo et suite à un changement de roue la veille de l’épreuve, il avait oublié l’aimant de sa roue arrière. Pas très pratique pour l’utilisation du moteur. Sauvé par le Prèz in-extremis.

Cette année, au tour de… je vous le donne en mille… Hub. Lui pourtant, ne bricole jamais avant sur son vélo, pas même vérifie-t-il la pression de ses pneus. Sur son Faux-cul made in Germany, le voilà qui pique une crise à 10 km de l’arrivée en s’écriant : « shimanouvelle batterie qui marche pas ! ». Normal. Primo parce qu’il ne l’a pas testée avant. Secondo par qu’il ne comprend pas la langue de Göethe du manuel utilisateur. Quand les Allemands et les Japonais se lient contre vous, y’a plus qu’à prier, ou demander à Daniel de pousser « in fine ».

A part cela, RAS. Mais merci à Hubert, sans qui je n’aurai rien eu à raconter.

Séjour de printemps

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Nous avons choisi de nous rendre à l'isle sur la sorgue pour notre séjour de printemps.  Il a eu lieu du samedi 13 au mercredi 17 mai 2017. Nous étions 22 participants.Site très agréable et apprécié de tous, temps superbe, de nombreux chemins, des routes sympathiques et le mont Ventoux pas très loin, il faudrait être difficile pour ne pas apprécier.

 

Un petit compte rendu s'adressant aux participants a été rédigé par Luc avec son humour et sa causticité habituelle...

 

L’Isle sur la Sorgue : le jeu des 9 erreurs

Du 13 au 17 mai, 22 BCPistes se sont donnés rendez-vous au pied des monts Vaucluse pour un séjour route et VTT au centre de Bellembra (ou moche en cuisse si vous préférez, dixit Gégé).

Des évènements étranges se sont déroulés durant ce séjour.

Commençons par les routiers. Des gens bizarres, à vrai dire.

1ère erreur lors de leurs deux premières sorties de samedi et de dimanche où ils ont décidé de rouler sur des routes encombrées de voitures. (découverte de la région)

2ème erreur le troisième jour quand la famille Simpson profite de la présence du vent pour partir à l’assaut du mont chauve où l’un de leurs proches est enterré. Il est vrai que sans le vent, le géant de Provence perd de sa saveur. Par contre, on ne saura pas si le vent ou le soleil ou la fatigue ou le Ricard englouti au chalet Reynard est à l’origine des hallucinations de Bart qui affirme avoir reconnu l’homme invisible en la personne de Francis. (pas de la bécane)

Du côté des VTTistes ce n’est guère mieux, jugez plutôt.

3ème erreur et risque maximal en confiant le tracé des parcours à celui qui, d’ordinaire, rencontre les plus grandes difficultés à retrouver le chemin de sa propre demeure. (Michel)

4ème erreur : s’encombrer de nains bavards, proches de la date de péremption, incapables de suivre le groupe dans des descentes pour débutants, les obligeant à emprunter des chemins secondaires qui leur permettront d’exprimer tout leur talent…pour se perdre ! (je laisse deviner)

La 5ème erreur consiste à emmener une femme répondant au doux nom de « la tâche rapide » qui sape le moral de ses congénères mâles dans les descentes les plus techniques. (a cause de bris de sa chaine)

La 6ème erreur est également d’emmener son fils de 72 ans, un peu fragile du dérailleur et à qui il faut porter le vélo de 22 kg dans les passages les plus scabreux. (Dady)

7ème erreur : se rouler par terre pour nourrir les acariens locaux ou pour comparer la solidité de son cuissard face à celui de la BCP. 5Michel)

8ème erreur : prêter le vélo de sa femme pendant son absence à un casseur. (Bernard)

La 9ème erreur serait de ne pas retourner au même endroit en 2018.

Un grand merci à notre Président ou 1er ministre pour l’organisation de ce séjour dans un cadre idyllique et à Michel GPSimon pour ses parcours VTT dantesques gavés de « singles » dont un mémorable long de 6 km en descente. Qui dit mieux ?

Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...

Quelques photos...

BENEVTT 2017

Publié le par Bernard et rédigé par Luc et Bernard

Les 22 et 23 avril 2017 a eu lieu la 5° édition de la BENEVTT. Nous étions 18 vététistes au départ, accompagné par Jeannot et Véronique avec leur véhicule pour assurer le soutien logistique.

Jour 1

Départ du Perréon à 8H15, direction Montmelard en passant par Odenas, Régnier, le fût d'Avenas, St Jacques des Arrêts, St Christophe, St Pierre le Vieux et Matour. La distance à parcourir est de 60 Kilomètres et le dénivelé de 2200 mètres.

Une pause ravitaillement s'impose au col du fût d'Avenas. Nous quittons nos effets chauds et profitons des amuses gueules et autres boissons énergétiques. Il faut déjà repartir, le prochain arrêt sera l'auberge de st Jacquese des Arrêts. Départ à 14h00 pour affronter le dénivelé restant. Les collines à gravir se succèdent et nous épuisent. Nouvel arrêt à la grotte de st Pierre le vieux, il faut prendre des forces pour affronter le final. Nous gravissons enfin la montagne de Saint Cyr et c'est l'arrivée. Nous avons du réparer 5 crevaisons et déplorer 3 chutes. Michel s'en souviendra quelques semaines.

Nous sommes accueillis par les propriétaires de l'hôtel "le saint Cyr" où nous passerons la nuit. La qualité de l'hôtel, de son restaurant et de son personnel est à signaler.

Jour 2

Départ de Montmelard à 8H00, direction le Perréon en passant par les grands Vernay, le Sordet, la croix des Planches, Propières, Chenelette, Claveisolles, La casse froide, la Croix Marchampt. La distance est de 57 Kilomètres et le dénivelé de 1800 mètres.

Première pause sous le hameau de Bénéthuilière, le parcours est plus roulant que la veille, nous continuons vers l'auberge du haut Beaujolais à Chenelette. Nous y sommes bien reçus et la pause est appréciée. A 14H00, départ pour le final, il reste encore 500 mètres de dénivelé avec la montée de Claveisolles vers le casse froide. Pas d'incident notable.

Voilà en quelques lignes le compte rendu de cette BENEVTT. Il s'adresse à ceux qui n'ont pas pu ou pas voulu participer à cette nouvelle édition.

 

Le compte rendu ci-dessous s'adresse spécifiquement aux participants de cette 5° édition.

Les primaires de la BCP

Week-end Béné-VTT ces 22 et 23 avril 2017 aux allures de primaire présidentielle.

Le défi était grand, jugez vous-même : 122 km de dette et 4.000 mètres de déficit. Le club est au bord du gouffre.

18 candidats avec au-moins 500 km au compteur depuis le début de l’année pour être qualifiés.

Chacun son programme pour atteindre l’objectif.

Tout d’abord le Président sortant qui s’est sorti à deux reprises et qui finira par ne pas aller au bout.

Les favoris, adeptes du VTT traditionnel au « sens commun » du terme mais également adeptes des magouilles et coups tordus. Tel celui planque un vélo de route pour battre en retraite en milieu de première journée et imité par d’autres en fin de journée, tellement honteux de leur forfait qu’ils en oublient leur matériel.

Ceux qui chutent et pas que dans les sondages…

Les faux-écolos anti-nucléaire mais polluant tout autant avec leur gaz naturel au méthane.

Les vrais écologistes, si proche de la nature qu’ils s’y répandent régulièrement.

Les extrémistes avec leur matériel inadapté, éternels victimes du « système ».

Les féministes : la vrai, trop isolée pour pouvoir l’emporter ; les faux dont le discours mielleux ne trompe qu’eux-mêmes.

Celui qui prône l’ « huberisation » du VTT avec des méthodes anti-conventionnelles qui consistent à picoler et à bâfrer pendant la pratique sportive en affirmant que c’est légal le week-end.

Les avant-gardistes mettant en avant une pratique raisonnée du vélo mais trahis par un matériel encore perfectible.

L’outsider-bougon avec ses borborygmes que personne ne comprend mais au demeurant très « sobre » ce qui explique que personne ne l’a vu venir malgré son quintal. Promis à un échec certain il a mis en œuvre une stratégie vieille comme son vélo qui consiste à se lentibardaner en queue de peloton pour assoir (ouf !) sa suprématie. « La force tranquille ! ».

Enfin, un grand merci aux deux scrutateurs sans lesquels un tel défi aurait vite tourné au cauchemar.

Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique

Une petite partie des 200 photos prises par véronique

Un jeudi pas comme les autres

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Jeudi chez Jojo

Sorite hebdomadaire du jeudi, nous étions douze. Onze BCP et un intrus répondant au doux nom d’Herman qui se transformera au long de la virée en Herminator mais qui aura raison de nous.

Sept EDF et cinq poumons.

L’inattendu se produisit. Quelque chose de rare qui ne nous était pas arrivé depuis des lustres. Aucun incident pendant la sortie, ni mécanique, ni physique et ce même en la présence du Champion du Monde en titre des emmerdes.

Le plus remarquable aura été l’after avec l’anniversaire de GPS et l’accueil de Jojo.

La BCP comme on l’aime.

Vive la Béné de ce week-end.

Après l'effort...
Après l'effort...

Après l'effort...

Sortie du jeudi

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Le PACS des loups

Cela remonte à fort longtemps que deux loups gris trainaient ensemble dans la forêt d’Anse. L’un petit et mince appelé « Loupiot »(1), l’autre plus imposant et écervelé surnommé « Lourdingue »(2). Inséparables tels des pacsés. Un peu comme cul et chemise sans que l’on sache vraiment qui fait la liquette. Tout s’éclaircit ce jeudi lorsqu’ils invitèrent leurs cousins de la meute du Perréon à chasser sur leurs terres. La meute se composait de six membres :

  • le plus vieux très marqué appelé « Loup-Ride » (3)
  • le plus ponctuel : le Louve-Tôt (4)
  • le plus maigre, dit « Loup-Stick » et sa Louvette (5)
  • le plus gentil : Loup-Ange (6)
  • le chef de meute avec beaucoup de pression : Loup-Bar (7)

Loupiot et Lourdingue essayèrent de tromper leurs cousins en partant de chez Lourdingue alors que la chasse était organisée par Loupiot. Puis ils tentèrent de les perdre en tournant sans cesse et en repassant plusieurs fois aux mêmes endroits comme pour mélanger les traces et les odeurs. Mais Loup-Ange à la truffe fine ne s’y trompa pas et reconnu entre tous la fine odeur de Louvette contrairement à celle de ses congénères mâles. Les deux pacsés se contredisaient, ce qui ajouta de la confusion. Ils empruntèrent même des impasses. Jusqu’à ce qu’ils amenèrent leurs cousins dans un bois truffé de vieux loups solitaires sodomites en rut.

La révélation ! Loupiot et Lourdingue avaient donc des mœurs décousues n’ayant ni queue ni tête. Ils les appelleront désormais : « Louphoques »

Rentrés bredouilles de cette chasse, ils se contentèrent de restes rances qu’un autre loup vint leur disputer alors qu’il ne faisait pas partie de la meute et dont il fallut se méfier : « Garou-Loup »(8) à ne pas confondre avec son sosie « Loup-Garou » doté d’une très belle voix.

A quand la prochaine chasse ?

Pour ceux qui ont besoin d'un décodeur: (1) Christian, (2) Michel S, (3) Sergio (4) Daniel (5) Luc et Françoise (6) Georges (7) Le Prez, (8) Gégé