Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bruno devenu EmbrunMan !

Publié le par BCP

Bruno a brillamment réussi le challenge qu’il s’était fixé pour 2013 ! Un immense bravo à lui ! Il nous raconte cette journée mémorable ci-dessous :

Le récit de Bruno

Ma journée du 15 août 2013 à Embrun.

Un des Triathlons réputé parmi les plus dur au monde! 1500 participants dont 30 professionnels et environ 70 femmes.

Réveil à 3h45, nuit correcte. Copieux déjeuner. Étrangement je suis serein et prêt à en découdre. Je suis confiant après 7 mois de préparation avec par semaine entre 10 et 12h d'entraînement.

6h00 départ dans la nuit noire pour 3800m de natation. Je choisis de me mettre tout à gauche environ 800 gars devant. Dur,dur de faire sa place, je me retrouve à nager à ras des canoés. Les gars criaient "à droite à droite" impossible d'aller à droite sur la bonne trajectoire, trop de monde ! Et un coup de talon dans la tête qui me décolle les lunettes. Allez Bruno tient bon. Il faut bien attendre 1 tour du lac avant de pouvoir nager. Levé de soleil sur le lac, magnifique. En avant pour le 2ème tour. Sortie en vue à 150m, j'envoie plus des jambes. Et là d'un coup 2 crampes au niveau des mollets. Ouha ou, je gère ça passe.

Sortie de l'eau en 1h13, je visai 1h05. Bon ça va aller. Voici le plat de résistance: 188km de vélo avec près de 5000m de dénivelé:

Départ vélo, impressionnant tout ce monde pour encourager: Comme au tour de France! Au 35km je rattrape Hervé avant le pont de Savigne. On fait un bout de route ensemble jusqu'au pied de l'Izoard. Je pense à David Uliana qui m'avait dit qu'il fallait passer le col en 1h et au boss qui disait qu'il fallait basculer avant midi. J'embraille et laisse Hervé. J'ai de bonnes jambes. Je double plein de concurrents, seule une femme me dépasse dans l'ascension. Je m'accroche et la garde en point de mire. Non mais ! Je passe le col en la dépassant en 1h03. J'attrappe le ravito et attaque la descente jusqu'à Briançon. Petite pointe à 75km/h. Le retour est est plus compliqué, pénible ce vent. Le soleil cogne fort. Les kilomètres au compteur semblent figés! Je prends mal à la tête. Tiens plein de voitures garées là bas. Ce doit être cette fameuse cote de Pallon, 2,5km à 14%, allez ça passe. Retour sur Embrun, Mireille les enfants, Monk sont là au pied du Chalvet. 4,5km avec une moyenne de 9%. Je tiens le bon bout.

C'est dur, je pense à une réflexion d'un coureur du tour de France dans les années 1920 qui peste sur la dureté des étapes: "vous êtes des assassins". Et c'est vrai qu'une cote pareille au 180e kilo...Allez je bascule au sommet et je me dit, là je ne mets plus un coup de pédale. J'ai des jambes de coton. J'ai peur pour la course à pied.

Je pose le vélo en 7h30 soit 25 de moy. Place au dessert, un marathon!

Il est 14h 50, Je commence à courir et là, surprise j'ai de bonnes sensations. Le soleil et le vent m'accompagne. Il va falloir beaucoup boire. La première boucle de 21 km passe à 12km/h de moyenne. Je suis surpris et commence à rêver à un temps canon. Mireille m'accompagne à vélo et m'encourage. 2ème boucle, ça se gâte. Estomac tordu intestins brulants, envie de vomir. 2 arrêts bosquet... Dur, dur je rame, je marche, je cours. Mon corps commence a dire stop. Quoi qu'il arrive, il faut avancer. Entre les véhicules de secours qui ramasse les gars qui tombent comme des mouches. Je pense à tous les miens et à ces heures d'entraînement passé pour être ici. Mon cerveau ne me lâche pas, et je sais que quoi qu'il arrive, je la passerai cette foutu ligne d'arrivée!!!!! Je reprend du poil de la bête. Les 2 derniers kilos, je termine à une allure correcte et passe la ligne avec mes enfants. 13h16 Yes, heureux et Hs.

266ème au scratch.

330 participants ne passeront pas la ligne d'arrivée.

Bloqués par les nombreuses barrières horaire ou embarqué dans les ambulances. 3 évacuations par hélico.

Le 1er boucle en 9h42, le dernier en 18h13, 1ère femme en 10h56

Vive le tri.

Quelle course, inoubliable!!!!

Commenter cet article