Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Jura de Haut en Bas (JHB pour les initiés)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Le Jura sans dessus-dessous

Grande première jeudi 25 mai au rallye du JHB (Jura du Haut en Bas) : 6 de la BCP au départ de Lamoura-la-Plage et 6 à l’arrivée à Lons-le-Saulnier malgré les 105 km et les 2.200 mètres de dénivelé en 5h50… Je vous laisse calculer la moyenne.

Notre GPS avait cette année un vélo en état de rouler quoique sa selle le trouve apparemment un poil lourd. Le Thierry-allégé mais gonflé à bloc n’a pas eu (besoin) de coup de pompe et Saint-Hubert 51 a enfin compris le fonctionnement d’un VTTAE. Un prix Nobel se profile à l’horizon.

Le Jura qui les a fait tant souffrir par le passé n’en revenait pas. « Est-ce bien ceux que j’ai connu l’an dernier ? » se demandait-il. « Et où est passée la féminine ? ». Quant aux autres ?

Michel S dont c’était la première participation a bien tenté de nous pourrir la journée dès le dixième kilomètre avec une manette de dérailleur en mal d’entretien mais Gégéo-trouve-tout l’a vite remît dans le droit chemin avec un bon vieil élastique.

Sylvain qui faisait aussi son noviciat sur l’épreuve n’a posé aucun problème en misant sur la seule force de ses gambettes plutôt que sur la fiabilité aléatoire du Bosch de son épouse. Bien lui en a pris. Seul destrier mécanique des 6, il a fini en beauté avec tout le monde. Respect !

Quant à votre serviteur, RAS, vu qu’il ne pose jamais de problème. Ce qui, en toute modestie, relève parfois de l’exploit. Pourquoi ? Parce qu’il a fallu régulièrement dépasser deux « tanches » dans les descentes et parfois dans les montées qui ont soit des pneus trop durs et trop gonflés soit des coups de freins intempestifs. Les intéressés se reconnaîtront et apprécieront.

Certains ont maudit le genou récalcitrant de la féminine, cause de son absence, sans lequel les derniers kilomètres, ceux qui font le plus mal, auraient été plus calmes.

La BCP s’est fait remarquer, seuls participants électrifiés sur cette distance. Le tout avec un soleil radieux. 17° le matin à 8h30 en altitude.

Bravo à tous et à l’année prochaine.

PS : nous avons roulé les vingt premiers kilomètres avec Eric (de Francheleins) que nous devrions revoir un dimanche matin au Perréon.


 

 

Commenter cet article