Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Jura de Haut en Bas (JHB pour les initiés)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Le Jura sans dessus-dessous

Grande première jeudi 25 mai au rallye du JHB (Jura du Haut en Bas) : 6 de la BCP au départ de Lamoura-la-Plage et 6 à l’arrivée à Lons-le-Saulnier malgré les 105 km et les 2.200 mètres de dénivelé en 5h50… Je vous laisse calculer la moyenne.

Notre GPS avait cette année un vélo en état de rouler quoique sa selle le trouve apparemment un poil lourd. Le Thierry-allégé mais gonflé à bloc n’a pas eu (besoin) de coup de pompe et Saint-Hubert 51 a enfin compris le fonctionnement d’un VTTAE. Un prix Nobel se profile à l’horizon.

Le Jura qui les a fait tant souffrir par le passé n’en revenait pas. « Est-ce bien ceux que j’ai connu l’an dernier ? » se demandait-il. « Et où est passée la féminine ? ». Quant aux autres ?

Michel S dont c’était la première participation a bien tenté de nous pourrir la journée dès le dixième kilomètre avec une manette de dérailleur en mal d’entretien mais Gégéo-trouve-tout l’a vite remît dans le droit chemin avec un bon vieil élastique.

Sylvain qui faisait aussi son noviciat sur l’épreuve n’a posé aucun problème en misant sur la seule force de ses gambettes plutôt que sur la fiabilité aléatoire du Bosch de son épouse. Bien lui en a pris. Seul destrier mécanique des 6, il a fini en beauté avec tout le monde. Respect !

Quant à votre serviteur, RAS, vu qu’il ne pose jamais de problème. Ce qui, en toute modestie, relève parfois de l’exploit. Pourquoi ? Parce qu’il a fallu régulièrement dépasser deux « tanches » dans les descentes et parfois dans les montées qui ont soit des pneus trop durs et trop gonflés soit des coups de freins intempestifs. Les intéressés se reconnaîtront et apprécieront.

Certains ont maudit le genou récalcitrant de la féminine, cause de son absence, sans lequel les derniers kilomètres, ceux qui font le plus mal, auraient été plus calmes.

La BCP s’est fait remarquer, seuls participants électrifiés sur cette distance. Le tout avec un soleil radieux. 17° le matin à 8h30 en altitude.

Bravo à tous et à l’année prochaine.

PS : nous avons roulé les vingt premiers kilomètres avec Eric (de Francheleins) que nous devrions revoir un dimanche matin au Perréon.


 

 

Rallye de Plasne (jura)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Ca Plasne pour nous !

Pour la deuxième année consécutive nous étions reçus le 21 mai par le «Cyclo Club des  Monts Plasne » dans le Jura. Avaient répondu présents : Françoise P, Daniel D, Michel S, Thierry V, Hubert R, Luc P.

59 km prévus au programme avec 1.350 m. Parcours différent de l’an dernier, plus physique et plus technique (dans les descentes). Très beau et pas mal de « singles ». Très sympa.

L’an dernier GPS s’était distingué dès le départ. Ayant bricolé son vélo et suite à un changement de roue la veille de l’épreuve, il avait oublié l’aimant de sa roue arrière. Pas très pratique pour l’utilisation du moteur. Sauvé par le Prèz in-extremis.

Cette année, au tour de… je vous le donne en mille… Hub. Lui pourtant, ne bricole jamais avant sur son vélo, pas même vérifie-t-il la pression de ses pneus. Sur son Faux-cul made in Germany, le voilà qui pique une crise à 10 km de l’arrivée en s’écriant : « shimanouvelle batterie qui marche pas ! ». Normal. Primo parce qu’il ne l’a pas testée avant. Secondo par qu’il ne comprend pas la langue de Göethe du manuel utilisateur. Quand les Allemands et les Japonais se lient contre vous, y’a plus qu’à prier, ou demander à Daniel de pousser « in fine ».

A part cela, RAS. Mais merci à Hubert, sans qui je n’aurai rien eu à raconter.

Séjour de printemps

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Nous avons choisi de nous rendre à l'isle sur la sorgue pour notre séjour de printemps.  Il a eu lieu du samedi 13 au mercredi 17 mai 2017. Nous étions 22 participants.Site très agréable et apprécié de tous, temps superbe, de nombreux chemins, des routes sympathiques et le mont Ventoux pas très loin, il faudrait être difficile pour ne pas apprécier.

 

Un petit compte rendu s'adressant aux participants a été rédigé par Luc avec son humour et sa causticité habituelle...

 

L’Isle sur la Sorgue : le jeu des 9 erreurs

Du 13 au 17 mai, 22 BCPistes se sont donnés rendez-vous au pied des monts Vaucluse pour un séjour route et VTT au centre de Bellembra (ou moche en cuisse si vous préférez, dixit Gégé).

Des évènements étranges se sont déroulés durant ce séjour.

Commençons par les routiers. Des gens bizarres, à vrai dire.

1ère erreur lors de leurs deux premières sorties de samedi et de dimanche où ils ont décidé de rouler sur des routes encombrées de voitures. (découverte de la région)

2ème erreur le troisième jour quand la famille Simpson profite de la présence du vent pour partir à l’assaut du mont chauve où l’un de leurs proches est enterré. Il est vrai que sans le vent, le géant de Provence perd de sa saveur. Par contre, on ne saura pas si le vent ou le soleil ou la fatigue ou le Ricard englouti au chalet Reynard est à l’origine des hallucinations de Bart qui affirme avoir reconnu l’homme invisible en la personne de Francis. (pas de la bécane)

Du côté des VTTistes ce n’est guère mieux, jugez plutôt.

3ème erreur et risque maximal en confiant le tracé des parcours à celui qui, d’ordinaire, rencontre les plus grandes difficultés à retrouver le chemin de sa propre demeure. (Michel)

4ème erreur : s’encombrer de nains bavards, proches de la date de péremption, incapables de suivre le groupe dans des descentes pour débutants, les obligeant à emprunter des chemins secondaires qui leur permettront d’exprimer tout leur talent…pour se perdre ! (je laisse deviner)

La 5ème erreur consiste à emmener une femme répondant au doux nom de « la tâche rapide » qui sape le moral de ses congénères mâles dans les descentes les plus techniques. (a cause de bris de sa chaine)

La 6ème erreur est également d’emmener son fils de 72 ans, un peu fragile du dérailleur et à qui il faut porter le vélo de 22 kg dans les passages les plus scabreux. (Dady)

7ème erreur : se rouler par terre pour nourrir les acariens locaux ou pour comparer la solidité de son cuissard face à celui de la BCP. 5Michel)

8ème erreur : prêter le vélo de sa femme pendant son absence à un casseur. (Bernard)

La 9ème erreur serait de ne pas retourner au même endroit en 2018.

Un grand merci à notre Président ou 1er ministre pour l’organisation de ce séjour dans un cadre idyllique et à Michel GPSimon pour ses parcours VTT dantesques gavés de « singles » dont un mémorable long de 6 km en descente. Qui dit mieux ?

Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...
Quelques photos...

Quelques photos...