Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #vtt tag

26° Transbeaujolaise

Publié le par Bernard

Le 29 octobre 2017 à partir de 7h00 vous pourrez vous élancez sur les chemins de nos collines et landes Beaujolaise.

Nous vous proposons 4 nouveaux circuits de 15, 25, 40 et 60 kms avec des dénivelés de 300 à 1700 mètres.

Des ravitaillements seront positionnés sur les circuits et un repas optionel et sur réservation est prévu à l'arrivée.

Rendez-vous à la salle polyvalente de Le Perréon. Inscription à partir de 7H00. Pour éviter les files d'attentes, nous vous proposons de vous inscrire par internet avec le Sportif.com.

Nous vous attendons nombreux comme lors de notre précédente édition (1024 Vététistes).

Sportivement

Le président de la BCP

60kms openrunner  ID:7939549

40kms openrunner  ID:7293875

25kms openrunner  ID:7293872

Inscriptions par Internet Inscrivez vous par Internet
sur Le-Sportif.com

Cliquez sur l'mage ci-dessus pour vous inscrire.

26° Transbeaujolaise

Préparation Transbo

Publié le par bernard

Nous avons bien fait de reporter notre action "A89" à ce jeudi. Tout d'abord il a fait super beau, radio Calade avait prévu un petit casse croûte renforcé par Serge puis pour terminer la matinée petit restau à Montmelas. 8 travailleurs acharnés pour tracer

Comme nous étions chaud, petite séance VTT l'après midi, 30kms et 1100 mètres de denivelé. avec reco du passage tracé le matin. Le goudron était déjà sec... Mais là, moins de volontaire...C'est dur le VTT.

.

 

Les jeudi du cirque

Publié le par bernard et rédigé par Luc

D’habitude les comptes rendus sont réservés aux rallyes du dimanche. Mais là ! Alors là ! Ce jeudi 7 septembre 2017 vaut un billet d’humeur.

Il y a les missiles de Kim Jong-un en Corée du Nord, il y a les vents d’Irma aux Antilles et il y a les Pingouins de la BCP au Parasoir. Un point commun : tous dévastateurs !

Normalement, tout était réuni pour une sortie sans histoire, nous n’étions que six et tous branchés. Justement, certains d’entre nous ont sans doute craint une sortie ennuyeuse et ils n’ont pu s’empêcher de l’animer ou de la miner, au choix.

Dès le départ, votre narrateur trouve l’ambiance un peu terne et décide de s’éclipser à l’avant du groupe pour préparer un soleil maison dont il a le secret afin d’amuser la galerie. Plus tard, le Pédago et le Boucher trainent derrière comme s’ils préparaient un sale coup. En fait, trouvant le rythme un peu rapide, le Pédago et son pneu avant manquent un peu d’air et simulent une crevaison mais leurs camarades ne sont pas dupes et deux ou trois coups de pompe dans le pneu et dans le … de la part de l’Infirme, pardon l’Infirmier, suffiront. Aussitôt le Boucher prend le relai et tente le même stratagème de l’arrière, sans succès et la sanction tombe : c’est au Pédago de pomper. Avec son empathie naturelle, l’Infirmier leur accorde un délai supplémentaire en nous faisant croire que sa roue avant est desserrée.

N’ayant malgré tout pas suffisamment récupéré ou est-ce pour compléter sa collection de cuissards troués ou battre le record de Bernard Gamelle-Piret que cent mètres plus loin, le Pédago emploi les grands moyens et n’hésite pas à se jeter dans le champ dix mètres en contrebas, arrachant les barbelés et prenant son destrier sur la g… (pour preuve la photo jointe).

Mais les deux terreurs n’en resteront pas là. Quelques kilomètres plus loin au col de la Casse Froide, le Boucher pas très imaginatif simule cette fois une crevaison de l’avant, encore un coup pour rien. Ce qui nous rassure est qu’il n’y a que deux roues sur un vélo. Ce sera dans la descente sur la vallée d’Azergues que le Pédago, qui n’avait pas encore utilisé son joker « deuxième roue » tente le gros coup en nous faisant croire à une nouvelle chute en ne le voyant pas arriver en bas. Mais il manque également à l’appel son comparse du jour, ce qui nous rassure. Nous attendons une demi-heure pour obtenir une explication à la fois banale et à dormir debout : l’autre pneu s’est aussi dégonflé et en voulant le regonfler, la valve s’est prise pour un missile nord-coréen… Je vous laisse juges !

A ce rythme d’enseignant, qui plus est en retraite, l’apéro est menacé. Et là, miracle, le Pédago et le Boucher semblent retrouver leurs jambes d’antan pour terminer les 35 km et les 1.300 m D+ à une allure de commerçant qui s’est fait dérobé sa caisse.

Moralité : méfiance quand le petit commerce s’allie à la fonction publique.

 

Roc d’Azé : rideau (c’est pas la vie de château)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Ah ! zé voulu aller au rallye d’Azé

Ah ! zé vu plein de monde (1.077 participants)

Ah ! zé pas regretté

Ah ! zé bien rigolé de voir les copains blêmir

Ah ! zé vu les batteries faire grize mine

Ah ! zé pas vu Bernard (gamelle) Piret z’en mettre une, ah ! zé bizarre !

Ah ! zé perdu la Grange à mi-parcours ; ah zé normal

Ah ! zé perdu le Prèz un peu plus loin ; ah zé zurprenant

Ah ! zé perdu GPS vers la fin ; ah, zé pas normal

Ah ! zé pas perdu ma femme ni mon Titi ni Didier (Jo) Piret

Ah ! zé quand même 50 km au compteur

Ah ! zé 1.650 mètres de dénivelé

Ah ! zé comprend pourquoi zé mal aux pattes

Ah ! zé reviendrai l’année prozaine

Le Roc d’Azé, za azur !!!

Complément de l'école cyclo:

Ah ! Zé pas vu Luc parler de nous et pourtant z’y étions nous aussi au Roc d’Azé !

Ah ! Zé pensé qu’il avait perdu les pédales parce qu’il est pourtant venu nous faire un coucou avant de repartir !

Ah ! Zé cru bon de vous joindre une photo pour vous montrer z’y étions et en force !!!

Les Echarmeaux

Publié le par Bernard et rédigé par Luc et Bibi

Bouffe Copains Picole

Il va falloir rapidement convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire à la BCP. Pas pour changer de nom qui convient très bien mais pour modifier l’objet du club.

La sortie du jeudi 10 août organisée par Serge et son ami Michel Patay aura marqué un virage dans la vie du club. C’est sûr, nous sommes rentrés très riches (en calories) du lieu-dit « La Fortune » (du pôt) près des Echarmeaux.

Au départ, tout commence comme une sortie ordinaire :

  • comme d’habitude, bonne participation avec 14 présents,
  • comme d’habitude, un Piret remplace l’autre,

  • comme d’habitude, le même touriste arrive avec un vélo pas entretenu et donc pas prêt,

  • comme d’habitude, une seule féminine,

Par contre, certains indices moins habituels auraient dû nous mettre l’insecte à l’appendice auditif :

  • que des centrales nucléaires au départ, même le Prèz, Georges, Raymond, à l’exception de votre serviteur que l’on oblige à rouler EDF,

  • un nouveau modèle de GPS très approximatif qui nous annonce 50 km et 500 mètres de dénivelé positif. Les Echarmeaux se seraient-ils rapprochés de la Belgique ???

  • alors que nous n’avions pour l’instant abusé que du café offert par Michel, Piretbis tente de réaliser dès le départ un « jump » sur le toit de la Grange (celui de sa voiture)

  • un VTTAE qui fonctionne à l’huile de colza

Bref, la sortie se passe à 15 de moyenne car il ne faut pas arriver en retard au restaurant. Piretbis nous fera encore l’honneur d’une de ses cabrioles dont il a le secret et qu’on lui laisse bien (la Grange est encore dans le coup). Du coup, nous arrivons en avance avec 37 km et 1.000 mètres de dénivelé. Cherchez l’erreur !

Ceci va nous permettre de nous échauffer avec un premier apéro chez Michel organisé par notre Sergio), juste avant celui du resto. Nos cuisses ayant souffert, nous allons nous venger sur celles des grenouilles. Ceux qui ont du mal à s’adapter à ce rythme, nous quittent après le repas et pour un d’entre eux les dégâts sont déjà impressionnants. La pauvre auto du Grange après avoir failli servir d’air-bag à Piretbis au départ, va faire connaissance avec le porte-vélos de Bruno. Je commence à comprendre pourquoi Bibi vient avec une voiture déjà remodelée.

Mais la journée n’est pas finie. Reste le championnat de pétanque régulièrement arrosé de crémant de Bourgogne et complété d’un artisanal côtes du Ventoux que le Prèz n’arrive même plus à refuser.

Pour la prochaine A.G.E, je proposerai que les sorties commencent directement par le restaurant afin de gagner du temps. Le vélo ne devenant qu’un prétexte pour les épouses.

La BCP revendique le titre d’unique club où l’on rentre avec plus de calories qu’au départ. Hipppsss !!!

Un grand merci à Renée et Michel pour leur accueil.

 

Article de BIBI

En ce jeudi 10 Aout, Sergio le doyen et sage (pas toujours) de la bécane  organisait conjointement  avec Michel Patay une sortie V T T festive, avec départ de chez Michel au lieu dit " la Fortune " situé après les Echarmeaux en direction de Lamure. Renée son épouse ainsi que Michel nous reçurent chaleureusement, café et brioche. Après avoir réglé les nombreux détails concernant les vélos (les responsables vont ce reconnaitre) un groupe de 14 vététistes, Françoise (Popy pour les initier) représentait seule la gente féminine, nous partons pour une randonnée d'environ 40 km, un circuit sur les crêtes du Haut Beaujolais avec des vues et des endroits magnifiques et avec un temps très correct.

Après le VTT, passons au moment attendu de la journée, les grenouilles fraîches (sortaient-elles du congélateur, seul le cuistot à la réponse ?) dégustées à l'Hôtel  Restaurant de Propières, avec des fromages du pays à consommer sans modération, ce qui a été bien sur fait, dans une très bonne ambiance et une franche rigolade. Après le repas  pour digérer, nous jouons à la pétanque, 5 contre 5 (4 vététistes nous avaient abandonnés !) L'équipe Sergio contre notre équipe celle de Michel, juste pour l’histoire, la première partie nous laissons gagner Sergio, il était vraiment très content, deuxième partie (notre équipe s'exprime totalement et le résultat est sans appel 13 à 1) Nous avons volontairement laissé  1 point à l'équipe Sergio, pour éviter à Popy d'effectuer le rituel de la Fanny !! Pour clore la journée, après un casse-croute copieux et arrosé offert par nos hôtes (encore super comme accueil  chez les Patay) nous prenons la route. Nous avons passé un bon moment, plein de joie, de convivialité et tout simplement de bonheur !!!                             Vivement la prochaine sortie.

 

Les Echarmeaux
Les Echarmeaux
Les Echarmeaux

Pass’Portes du Soleil 2017

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Pass’Portes du Soleil : l’handicap-bike

En nous inscrivant début février à cet enduro au départ des Gets, Popy ne donnait pas cher de notre équipe de huit. Il est vrai parfois qu’elle a tendance à voir « la bouteille à moitié vide » mais pouvait-on vraiment lui en vouloir dans le cas présent ? Je vous livre ici une partie de ses commentaires.

Sur elle-même d’abord qui souffrait d’un genou sensible : « j’espère qu’il va tenir ! »

Sur Thierry (ex-RDS) : « j’espère qu’il va tenir lui aussi, il a perdu 5 kilos et il ne faudrait pas qu’il nous fasse une hypoglycémie comme au JHB de l’an dernier »

Sur Gérard qu’elle surnomme « Gégé la scoumoune. Mais bon, le Gégé des Gets n’est pas le Gégé du Jura. Espérons ! »

« Pourvu que la batterie d’Hubert ne nous fasse pas encore une ratignite aigüe »

« Tu crois que la femme de Jean-Luc va le laisser venir ? »

« Dis-moi, le Moustache de Grégory, c’est un modèle « Samedi » ? L’épreuve étant un vendredi, j’ai peur qu’il se trompe de jour… »

« Il n’y a bien que Sylvain qui ne m’inquiète pas trop. Bien qu’il m’ait déjà mise par terre. Je garderai mes distances »

Après 80 km et plus de 6.000 mètres de dénivelé négatif (lui aussi), il faut reconnaitre que les femmes ont un sixième sens. Jugez plutôt :

Le genou a tenu mais la chaîne sautait comme un chamois. L’effet montagne, peut-être ?

Thierry et Sylvain, eux, ont carrément préféré la casser. L’effet bourrin, surement !

Sylvain, encore lui, a cru que sa jante serait plus solide que la roche de Haute-Savoie. Perdu ! L’effet joueur, carrément.

Jean-Luc, lui, s’est pris une porte en faisant un soleil. De plus, pas très doué en géographie, il a cru que la Haute-Savoie était un canton suisse et n’avait pas d’euros pour payer sa chambre et son petit déjeuner. Pour finir, c’est lui qui a choppé la ratignite de batterie, heureusement bégnine. L’effet contagion, probablement.

Voir la bouteille à moitié vide avec Hubert, cela peut paraître normal. Du coup, vu que Jean-Luc le privait de sa panne favorite, il ne put s’empêcher de trouver autre chose. Mais là, il pouvait compter sur le soutien infaillible de son ami…Hutchinson qui lui a permis de découvrir la région par la route (plus sûre) ainsi que de faire connaissance avec les vélocistes locaux qui n’avaient que du Hutchinson à lui proposer. L’effet malédiction, poil au f…

Quant à V10, Popy avait mis dans le mille ! L’effet papillon.

Il n’y a bien que Gégé et votre serviteur qui n’ont posé aucun problème, même si Gérard a bien tenté de simuler une casse de roue libre, en vain. L’effet farceur.

 

Le Jura de Haut en Bas (JHB pour les initiés)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Le Jura sans dessus-dessous

Grande première jeudi 25 mai au rallye du JHB (Jura du Haut en Bas) : 6 de la BCP au départ de Lamoura-la-Plage et 6 à l’arrivée à Lons-le-Saulnier malgré les 105 km et les 2.200 mètres de dénivelé en 5h50… Je vous laisse calculer la moyenne.

Notre GPS avait cette année un vélo en état de rouler quoique sa selle le trouve apparemment un poil lourd. Le Thierry-allégé mais gonflé à bloc n’a pas eu (besoin) de coup de pompe et Saint-Hubert 51 a enfin compris le fonctionnement d’un VTTAE. Un prix Nobel se profile à l’horizon.

Le Jura qui les a fait tant souffrir par le passé n’en revenait pas. « Est-ce bien ceux que j’ai connu l’an dernier ? » se demandait-il. « Et où est passée la féminine ? ». Quant aux autres ?

Michel S dont c’était la première participation a bien tenté de nous pourrir la journée dès le dixième kilomètre avec une manette de dérailleur en mal d’entretien mais Gégéo-trouve-tout l’a vite remît dans le droit chemin avec un bon vieil élastique.

Sylvain qui faisait aussi son noviciat sur l’épreuve n’a posé aucun problème en misant sur la seule force de ses gambettes plutôt que sur la fiabilité aléatoire du Bosch de son épouse. Bien lui en a pris. Seul destrier mécanique des 6, il a fini en beauté avec tout le monde. Respect !

Quant à votre serviteur, RAS, vu qu’il ne pose jamais de problème. Ce qui, en toute modestie, relève parfois de l’exploit. Pourquoi ? Parce qu’il a fallu régulièrement dépasser deux « tanches » dans les descentes et parfois dans les montées qui ont soit des pneus trop durs et trop gonflés soit des coups de freins intempestifs. Les intéressés se reconnaîtront et apprécieront.

Certains ont maudit le genou récalcitrant de la féminine, cause de son absence, sans lequel les derniers kilomètres, ceux qui font le plus mal, auraient été plus calmes.

La BCP s’est fait remarquer, seuls participants électrifiés sur cette distance. Le tout avec un soleil radieux. 17° le matin à 8h30 en altitude.

Bravo à tous et à l’année prochaine.

PS : nous avons roulé les vingt premiers kilomètres avec Eric (de Francheleins) que nous devrions revoir un dimanche matin au Perréon.


 

 

Rallye de Plasne (jura)

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Ca Plasne pour nous !

Pour la deuxième année consécutive nous étions reçus le 21 mai par le «Cyclo Club des  Monts Plasne » dans le Jura. Avaient répondu présents : Françoise P, Daniel D, Michel S, Thierry V, Hubert R, Luc P.

59 km prévus au programme avec 1.350 m. Parcours différent de l’an dernier, plus physique et plus technique (dans les descentes). Très beau et pas mal de « singles ». Très sympa.

L’an dernier GPS s’était distingué dès le départ. Ayant bricolé son vélo et suite à un changement de roue la veille de l’épreuve, il avait oublié l’aimant de sa roue arrière. Pas très pratique pour l’utilisation du moteur. Sauvé par le Prèz in-extremis.

Cette année, au tour de… je vous le donne en mille… Hub. Lui pourtant, ne bricole jamais avant sur son vélo, pas même vérifie-t-il la pression de ses pneus. Sur son Faux-cul made in Germany, le voilà qui pique une crise à 10 km de l’arrivée en s’écriant : « shimanouvelle batterie qui marche pas ! ». Normal. Primo parce qu’il ne l’a pas testée avant. Secondo par qu’il ne comprend pas la langue de Göethe du manuel utilisateur. Quand les Allemands et les Japonais se lient contre vous, y’a plus qu’à prier, ou demander à Daniel de pousser « in fine ».

A part cela, RAS. Mais merci à Hubert, sans qui je n’aurai rien eu à raconter.

BENEVTT 2017

Publié le par Bernard et rédigé par Luc et Bernard

Les 22 et 23 avril 2017 a eu lieu la 5° édition de la BENEVTT. Nous étions 18 vététistes au départ, accompagné par Jeannot et Véronique avec leur véhicule pour assurer le soutien logistique.

Jour 1

Départ du Perréon à 8H15, direction Montmelard en passant par Odenas, Régnier, le fût d'Avenas, St Jacques des Arrêts, St Christophe, St Pierre le Vieux et Matour. La distance à parcourir est de 60 Kilomètres et le dénivelé de 2200 mètres.

Une pause ravitaillement s'impose au col du fût d'Avenas. Nous quittons nos effets chauds et profitons des amuses gueules et autres boissons énergétiques. Il faut déjà repartir, le prochain arrêt sera l'auberge de st Jacquese des Arrêts. Départ à 14h00 pour affronter le dénivelé restant. Les collines à gravir se succèdent et nous épuisent. Nouvel arrêt à la grotte de st Pierre le vieux, il faut prendre des forces pour affronter le final. Nous gravissons enfin la montagne de Saint Cyr et c'est l'arrivée. Nous avons du réparer 5 crevaisons et déplorer 3 chutes. Michel s'en souviendra quelques semaines.

Nous sommes accueillis par les propriétaires de l'hôtel "le saint Cyr" où nous passerons la nuit. La qualité de l'hôtel, de son restaurant et de son personnel est à signaler.

Jour 2

Départ de Montmelard à 8H00, direction le Perréon en passant par les grands Vernay, le Sordet, la croix des Planches, Propières, Chenelette, Claveisolles, La casse froide, la Croix Marchampt. La distance est de 57 Kilomètres et le dénivelé de 1800 mètres.

Première pause sous le hameau de Bénéthuilière, le parcours est plus roulant que la veille, nous continuons vers l'auberge du haut Beaujolais à Chenelette. Nous y sommes bien reçus et la pause est appréciée. A 14H00, départ pour le final, il reste encore 500 mètres de dénivelé avec la montée de Claveisolles vers le casse froide. Pas d'incident notable.

Voilà en quelques lignes le compte rendu de cette BENEVTT. Il s'adresse à ceux qui n'ont pas pu ou pas voulu participer à cette nouvelle édition.

 

Le compte rendu ci-dessous s'adresse spécifiquement aux participants de cette 5° édition.

Les primaires de la BCP

Week-end Béné-VTT ces 22 et 23 avril 2017 aux allures de primaire présidentielle.

Le défi était grand, jugez vous-même : 122 km de dette et 4.000 mètres de déficit. Le club est au bord du gouffre.

18 candidats avec au-moins 500 km au compteur depuis le début de l’année pour être qualifiés.

Chacun son programme pour atteindre l’objectif.

Tout d’abord le Président sortant qui s’est sorti à deux reprises et qui finira par ne pas aller au bout.

Les favoris, adeptes du VTT traditionnel au « sens commun » du terme mais également adeptes des magouilles et coups tordus. Tel celui planque un vélo de route pour battre en retraite en milieu de première journée et imité par d’autres en fin de journée, tellement honteux de leur forfait qu’ils en oublient leur matériel.

Ceux qui chutent et pas que dans les sondages…

Les faux-écolos anti-nucléaire mais polluant tout autant avec leur gaz naturel au méthane.

Les vrais écologistes, si proche de la nature qu’ils s’y répandent régulièrement.

Les extrémistes avec leur matériel inadapté, éternels victimes du « système ».

Les féministes : la vrai, trop isolée pour pouvoir l’emporter ; les faux dont le discours mielleux ne trompe qu’eux-mêmes.

Celui qui prône l’ « huberisation » du VTT avec des méthodes anti-conventionnelles qui consistent à picoler et à bâfrer pendant la pratique sportive en affirmant que c’est légal le week-end.

Les avant-gardistes mettant en avant une pratique raisonnée du vélo mais trahis par un matériel encore perfectible.

L’outsider-bougon avec ses borborygmes que personne ne comprend mais au demeurant très « sobre » ce qui explique que personne ne l’a vu venir malgré son quintal. Promis à un échec certain il a mis en œuvre une stratégie vieille comme son vélo qui consiste à se lentibardaner en queue de peloton pour assoir (ouf !) sa suprématie. « La force tranquille ! ».

Enfin, un grand merci aux deux scrutateurs sans lesquels un tel défi aurait vite tourné au cauchemar.

Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique
Une petite partie des 200 photos prises par véronique

Une petite partie des 200 photos prises par véronique

Un jeudi pas comme les autres

Publié le par Bernard et rédigé par Luc

Jeudi chez Jojo

Sorite hebdomadaire du jeudi, nous étions douze. Onze BCP et un intrus répondant au doux nom d’Herman qui se transformera au long de la virée en Herminator mais qui aura raison de nous.

Sept EDF et cinq poumons.

L’inattendu se produisit. Quelque chose de rare qui ne nous était pas arrivé depuis des lustres. Aucun incident pendant la sortie, ni mécanique, ni physique et ce même en la présence du Champion du Monde en titre des emmerdes.

Le plus remarquable aura été l’after avec l’anniversaire de GPS et l’accueil de Jojo.

La BCP comme on l’aime.

Vive la Béné de ce week-end.

Après l'effort...
Après l'effort...

Après l'effort...